Ma pelouse n'est pas un terrain de golf

« Une mauvaise herbe est une plante qui maîtrise toutes les techniques de survie, sans toutefois croître en rangs. »

– Doug Larson

La semaine dernière, devant la maison, j’ai trouvé, plantée dans mon gazon, une petite pancarte d’une certaine compagnie faisant la promotion du gazon parfait, d’un vert uniforme et exempt de mauvaises herbes. Cette trouvaille sur ma pelouse m’a laissée perplexe et offusquée. Il est vrai que mon gazon, contrairement à celui de mes voisins, ne ressemble absolument pas à celui d’un terrain de golf. En plus d’y trouver les plantes nécessaires à ma santé, je peux y suivre l’évolution des saisons. Au printemps, il est jaune et violet grâce aux fleurs de pissenlit et de lierre terrestre, puis en été, il se couvre de petites fleurs de trèfle blanc et de fleurs mauves de prunelle.

Je le trouve beau, moi, mon gazon. Là où plusieurs y voient des mauvaises herbes, j’y vois des alliées pour les poumons, la peau et le système digestif, pour n’en citer que quelque uns. J’y vois des plantes médicinales, une pharmacie et de la nourriture. J’y vois la beauté et l’intelligence même de Dame Nature.

PISSENLIT (Taraxacum officinale)

Qui ne connaît pas le pissenlit, cette plante envahissante pour certains qui est aussi synonyme de l’arrivée du printemps? Beaucoup moins de gens feraient la chasse au pissenlit s’il connaissaient ses vertus exceptionnelles. Des fleurs à la racine, tout sur le pissenlit peut être utilisé. Les feuilles cueillies avant la floraison peuvent être utilisées fraîches en salade et apporteront un petit goût amer qui favorisera la digestion.

Le latex, utilisé en externe (ne doit pas être appliqué sur la peau saine), peut être appliqué sur les verrues, les clous (bouton rouge avec centre blanc) et les piqûres d’insectes.

Le pissenlit est une plante de mouvement. Il aide le corps à éliminer un excès de chaleur en stimulant la digestion, en soutenant le foie et en aidant à l’élimination des déchets via l’urine.

On utilise principalement la feuille de pissenlit pour ses actions diurétiques tandis que la racine, si cueillie en automne, est un excellent prébiotique grâce à sa haute teneur en inuline.

Comme le pissenlit est riche en minéraux et est l’une des plantes les plus riches en potassium, il constitue un diurétique sécuritaire qui peut être utilisé sur une longue période de temps. Il favorise l’élimination de l’eau et des déchets tel que l’acide urique via l’urine et sera donc utile dans les cas de rhumatismes, d’arthrite, de goutte, d’eczéma et d’acné. De plus, l’huile de fleur de pissenlit, appliquée en externe, serait tout indiquée contre les douleurs et les tensions musculaires.

Comme le pissenlit agit directement sur le foie, il aide également à régulariser les fonctions intestinales, à contrer la constipation en plus d’avoir un impact direct sur les SPM, les seins douloureux et/ou enflés ainsi que sur les crampes menstruelles.

Ne pas utiliser le pissenlit si vous souffrez d’obstruction du canal biliaire, d’empyème de la vésicule biliaire et d’occlusion intestinale.

PLANTAIN (Plantago major ou lanceolata)

Le plantain est utilisé depuis des millénaires. Il élimine le mucus excédentaire, disperse la chaleur, tonifie les muqueuses et la peau.

Utilisé en externe, sous forme de cataplasme, le plantain major est très efficace pour réduire l’inflammation, soulager et diminuer les réactions et les démangeaisons occasionnées par les piqûres d’insectes. Toutefois, en interne, il s’avère grandement utile lors qu’il y a présence d’eczéma, de maladies inflammatoires de l’intestin, de constipation, de goutte de furoncles ainsi que d’ulcères gastriques.

Le plantain lancéolé, lui, sera plus efficace lors d’affections du système respiratoire. Il aidera à diminuer la production de mucus, sera légèrement expectorant en plus de tonifier les muqueuses respiratoires lors de rhume, de bronchite, de toux, de sinusite ou de congestion nasale.

Les jeunes feuilles printanières du plantain major sont excellentes dans les salades.

Cataplasme de plantain

Les feuilles de plantain doivent être broyées ou mastiquées afin de libérer certains enzymes qui produisent une substance bactériostatique favorisant la granulation des plaies, même les plus récalcitrantes.

Prunelle (Prunella vulgaris)

La prunelle, petite fleur sur laquelle on marche souvent, est une plante très ancienne originaire d’Europe qui a suivi le pas des hommes à travers la planète. Aujourd’hui, la prunelle est tristement délaissée de notre pharmacopée. Pourtant, cette petite plante possède assez de propriétés pour que l’on prenne le temps de se pencher et de la récolter.

Amie du système lymphatique, elle est une alliée remarquable pout tout ce qui à trait à l’enflure ou l’inflammation des ganglions. Elle se révèle particulièrement utile lorsqu’il y a une congestion lymphatique au niveau de l’O.R.L. – otites, congestion des trompes d’Eustache, laryngite, maux de gorges, gingivite, etc.

En plus d’aider (utilisée en compresse ou en cataplasme) à soigner les écorchures, les coupures, les blessures qui saignent ou l’inflammation occasionnée par les piqûres d’insecte, la prunelle agit sur le foie, ce qui aidera à enrayer les yeux rouges, irrités, secs, enflés et sensibles à la lumière.

Éviter lors de déficience digestive.

Lierre Terrestre (Glechoma hederacea)

Petite plante extrêmement commune dans les pelouses et les jardins, cette « mauvaise herbe » convient parfaitement aux conditions chaudes et humides -sinusite, asthme, bronchite. De plus, grâce à ses actions astringente, tonique des muqueuses et légèrement asséchante, elle aidera lors d’inflammation de la bouche, de la gorge ou du tractus digestif.

Utilisée en externe, elle peut être très efficace pour soigner les ecchymoses ou les entorses.

Les terrains recouverts d’une monoculture de gazon sont excellents pour jouer au golf. Par contre, ils ne vous offrent pas tous les avantages d’une pelouse où y habitent les « mauvaises herbes ».

 

xxx

Avertissement: Le contenu de cet article est utilisé à des fins éducatives seulement. Les informations suivantes ne sont pas destinées à poser un diagnostic, ne peuvent, en aucun cas, être substitués aux services médicaux conventionnels et ne constituent pas une incitation ou un encouragement à interrompre des traitements médicaux. Si vous prenez des médicaments, que vous êtes enceintes ou allaitez, consultez un herboriste thérapeute accrédité ou un professionnel de la santé avant de prendre des plantes médicinales. Le contenu des textes sur ce site n’a pas fait l’objet d’une évaluation par Santé Canada.

Cultivez votre santé dès maintenant!
Articles fascinants, promotions exclusives pour vous aider à mieux cultiver votre santé.
Recevez une fois par mois de nos nouvelles.
Nous ne divulguons pas vos informations à un tier-parti.