Mon jardin: Ma pharmacie!

J’ai toujours eu une fascination pour la façon dont se soignait nos ancêtres. En plus de cueillir les plantes sauvages, les gens faisaient souvent pousser des simples (des plantes médicinales et aromatiques ainsi que des fines herbes) dans leur potager afin de prévenir et guérir les maux courants. À l’âge de 10 ans, j’ai semé ma première plante médicinale (l’échinacée) en pensant pouvoir me soigner de façon autonome (un peu comme nos ancêtres) et avec la ferme intention de la transformer afin d’éviter à ma mère d’en acheter en capsules. Quelle déception… En plus d’avoir dû attendre au 2e été pour qu’elle fleurisse, j’ai pris conscience que même si je savais que l’échinacée aide à combattre le rhume, je n’avais aucune idée de comment la transformer, de quelle partie utiliser ou tout simplement de comment calculer le dosage.

Aujourd’hui, cette anecdote me fait bien rire. Non seulement, étant devenue herboriste, j’ai atteint mon objectif d’autonomie par rapport à ma santé, mais je sais maintenant comment transformer et utiliser l’échinacée ainsi qu’une multitude d’autres plantes médicinales cohabitant aujourd’hui dans mon jardin avec mes légumes.

Que se soit un jardin de simples, des plantes médicinales dans le potager ou bien dans les plates-bandes, les plantes médicinales créent un écosystème précieux attirant les insectes pollinisateurs où la beauté est synonyme de mieux être et où le potager n’est plus simplement un garde-manger, mais aussi une pharmacie. N’est-il pas merveilleux de sortir après le souper afin de cueillir de la mélisse, de la camomille, de la verveine ou bien de la menthe afin de se faire une tisane favorisant une meilleure digestion? N’est-il pas formidable d’avoir sous la main une plante de premier soin pour soulager les brûlures, l’érythème fessier de bébé ou bien les coups de soleil? N’est-il pas agréable de savoir qu’à quelques pas du balcon pousse une plante qui aide à soulager les brulements d’estomac, les intestins irrités ou les toux sèches?

Camomille, calendule, verveine, mauve, guimauve, échinacée, mélisse, cataire, lavande et avoine ne représentent qu’une infime partie des plantes médicinales que vous pouvez planter. Comme elles poussent pratiquement n’importe où, elles permettent d’avoir à portée de main le nécessaire afin de combattre et prévenir les maux courants -rhume, toux, conjonctivite, insomnie, anxiété, troubles digestifs, etc.- en plus d’offrir la possibilité de bénéficier de leur propriétés médicinales à l’année.

Cultivez le savoir afin de récolter la santé n’a jamais été aussi simple. Si vous désirez apprendre comment cultiver, récolter et transformer une dizaine de plantes médicinales en plus de découvrir leurs propriétés thérapeutiques, un atelier sur les plantes médicinales faciles à cultiver chez soi (Plantes médicinales à jardiner) aura lieu le vendredi 16 juin. Une excellente façon de prendre soin de soi et de la famille.

Bon mois de juin à tous.

 

xxx

Avertissement: Le contenu de cet article est utilisé à des fins éducatives seulement. Les informations suivantes ne sont pas destinées à poser un diagnostic, ne peuvent, en aucun cas, être substitués aux services médicaux conventionnels et ne constituent pas une incitation ou un encouragement à interrompre des traitements médicaux. Si vous prenez des médicaments, que vous êtes enceintes ou allaitez, consultez un herboriste thérapeute accrédité ou un professionnel de la santé avant de prendre des plantes médicinales. Le contenu des textes sur ce site n’a pas fait l’objet d’une évaluation par Santé Canada.

Cultivez votre santé dès maintenant!
Articles fascinants, promotions exclusives pour vous aider à mieux cultiver votre santé.
Recevez une fois par mois de nos nouvelles.
Nous ne divulguons pas vos informations à un tier-parti.